La bibliothèque

En Attendant le Bus est désormais lisible sur Short édition.

Pour accéder à la nouvelle, cliquez ici.

 

Ce texte est ma participation au concours de l’agenda ironique d’avril sur le thème du quiproquo, organisé par le blog de leodamgan

Le récit a un peu dérivé en cours d’écriture mais je pense être restée dans le thème car les protagonistes évoluent sur des plans trop différents pour se comprendre. Par contre, c’est beaucoup trop long. Comme j’avais commencé, j’ai eu à cœur de terminer cette histoire et je ne voyais pas comment la développer en moins de mots. Je ne sais pas si leodamgan la jugera recevable…

58 réflexions sur « La bibliothèque »

  1. Splendide bis !!! ça quiproquote joliment, mais pas seulement…
    décidément, il faut se méfier des livres et éviter les endroits où il y en a trop…
    Tu peux pas nous laisser là, paumés dans les rayons, on veut la suite !

  2. Tu ne peux pas savoir combien je regrette d’avoir mis une limite de 800 mots pour le concours.
    Mais en acceptant un texte presque au double du maximum alors que j’ai mis très peu de contraintes, je serais inéquitable envers les autres auteurs qui s’y sont soumis.
    Je t’ai mise hors concours, hélas..
    Ton texte est remarquable, vraiment. Et passionnant à lire aussi, avec une pointe de fantastique et d’ambiguité comme j’aime!
    On dirait le début d’un roman et non d’une nouvelle. Tu pourrais nous faire une suite?

    1. Il n’y a pas de problème Léodagam! On est sur les blog pour s’amuser, alors on peut vraiment dire : l’important, c’est de participer! Pour la suite, je ne sais pas. Il me semble qu’une histoire fantastique n’a rien à perdre avec une fin très ouverte…

      1. Oui, j’ai vu : 24 mots de trop chez toi, mais l’écart ne m’a paru assez important pour te mettre hors concours. A ce compte là, je mets hors concours aussi la Harpie qui a 8 mots de trop?
        Faut-il être intégriste? 😉

        1. Mais je répète, j’ai adoré le texte de Coquelicot.
          Et si jamais je refais un concours je ne mettrai pas de limite de longueur de texte afin de ne pas briser l’élan créatif des auteurs!

        2. Bon, selon moi c’est l’organisateur qui est l’arbitre et qui a le dernier mot : en bref, tu es chez toi, tu décides et tu as raison !
          ça m’arrange bien que tu sortes Coquelicot = un concurrent en moins 🙂
          (mais c’est vrai que j’ai pas créé un truc neuf, mais dépoussiéré un perdreau de l’an passé…) 🙂

          1. Je la sors du concours, mais j’ai bien mis un lien vers son texte.
            Pour ce qui est des vieux textes, je ne les ai pas interdits, alors ils sont autorisés…
            Simple, non?

              1. Oups ! C’est vrai que débattre du règlement du concours quiproquo dans les coms d’un texte hors concours, ça ressemble un peu à un quiproquo, non ?
                🙂
                je redis que le texte m’a beaucoup plu !

  3. J’ai franchement eu du plaisir à te lire. Et à imaginer la bibliothèque, la femme et les enfants. Nombre de mots ou pas, ça coule de source. Un beau texte fluide, selon moi.

  4. Très irrévérencieusement je me fiche du concours 🙂 ce n’est jamais trop long et j’ai adoré lire cette histoire qui te ressemble tant, chère Anna. Particulièrement : « Mesdames et messieurs, suite à diverses restrictions budgétaires, nous avons éteint la lumière au bout du tunnel… »

    1. Le « concours » est surtout une occasion et un déclencheur, non ?
      et le « réglement », un simple prétexte, avec lequel on joue sérieusement à ne pas être sérieux 🙂
      et oui, le texte d’Anna coquelicot est vraiment splendide !

      1. Tout à fait! Le thème était vraiment sympa et il donnait envie d’écrire! Dans ma vie, j’ai l’impression de passer beaucoup de concours, en fait dès qu’il faut décrocher une expo car aujourd’hui les choses marchent ainsi. Et un concours sans enjeu où comme tu le dis si bien « on joue sérieusement à ne pas être sérieux », ça fait du bien!

  5. Tres belle histoire , moi aussi j’etait perdu dans la bibliotheque , avant de connaître la fin . Une foret de livre , si je trouve la maison en pain d’epice , je la mange .

  6. Coucou
    Je pense être en retard et je suis désolée mais je n’avais pas vu le lien . Ceci étant je me suis vraiment régaler à te lire et tu vois, j’en redemande encore. C’est super chouette alors merci.

  7. Bonjour Coquelicot , je suis furax , je ne trouve pas ton texte , dans les votes , peut etre un autre pseudo , j’ai bien regarde , je n’ai pas vu , merci de me renseigner .

  8. Belle histoire ! On entre dans tes mots comme dans un conte. C’est très agréable. Et puis cerise sur le gâteau la chute laisse le lecteur imaginer une suite au labyrinthe des mots, j’adore ça ! 🙂
    Bravo !

  9. Je vous découvre. J’ai rejoint les agendas ironiques en septembre. Mais vous n’y étiez plus ! Donc, nous allons nous parcourir mutuellement et j’aime beaucoup ce texte-ci. Je m’abonne donc illico à votre blog pour ne plus en perdre une miette !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.