Le lac

-Te souviens-tu du lac?

– Vaguement… tout autour la nature était sauvage, un endroit semblable à celui-ci… Nous étions sœurs, alors. Tu t’appelais Flore et moi Mélie.

L’autre approuve d’un mouvement de tête.

La barque dérive sur l’eau calme, ridant à peine la surface. Paupières closes, Flore offre son visage au soleil tandis que sa sœur scrute le rivage où poussent des saules en rangs serrés.

– Oui! Semblable à s’y méprendre! continue Mélie. Les détails me reviennent peu à peu : La berge, les carpes et les gardons, les reflets turquoises par jour de beau temps…

Elle se penche par dessus-bord, trempe le bout de ses doigts. Une ombre effilée ondule dans les profondeurs et passe sous l’embarcation.

– Que faisons-nous ici? demande Mélie en se redressant.

Flore  saisit ses deux mains, les  presse entre les siennes.

– Flore…  Tu parais bien grave, tout à coup…

– Nous avions fait une promesse au bord de ce lac…

Mélie dévisage sa sœur avant de détourner légèrement la tête. Elle considère les arbres au loin. Le vent s’est levé, brutalement, et rabat ses longs cheveux contre sa figure. Quand elle revient, son regard brille comme si une fièvre subite s’était emparée d’elle.

– Ne jamais pardonner.

Puis elle empoigne les avirons. Un éclair vient de zébrer le ciel qui a pris la couleur du plomb. Cinq secondes plus tard, un coup de tonnerre éclate.

– Le temps se gâte! Il faut rentrer!

– Non, pas maintenant! proteste Flore. J’ai une dernière question…

– Tu la poseras pendant que je rame!

Les pales fendent le remous, repoussent l’eau vers l’arrière, se dégagent, s’abattent à nouveau…

– Où en sommes-nous, aujourd’hui?

– Je ne sais pas toi… – la rameuse reprend son souffle – mais moi, je me sens en colère. Constamment en colère. »

À ces mots, le nuage d’orage se densifie en une masse compacte et noire. Le jour devient nuit, une nuit si totale qu’on ne distingue plus l’horizon. Les eaux du lac s’assombrissent, virent à l’encre et se fondent dans l’obscurité.

Un soupir.

– Nous en sommes donc au même point. Moi aussi, je cherche la lumière. Siècles après siècles répéterons-nous toujours la même erreur? Ne trouverons-nous jamais la paix?

Elles se taisent, chacune repliée dans son coin de silence et d’ombre, jusqu’au moment où Mélie pousse un cri :

– Là-haut, regarde!

– Quoi là-haut?

– Et bien, lève le nez… la-haut… une étoile!

– Attends une minute… oui… je… je la vois! Si lointaine…

Les sœurs accueillent le scintillement comme d’autres respireraient une grande bouffée d’air pur. Leurs poitrines se soulèvent, traversées par une sensation de fraîcheur. Elles restent là à contempler l’étoile, à savourer sa faible lueur.

Parfois, en songe, les âmes se parlent. Elles discutent de leurs incarnations présentes et passées. Heureuses qui parmi elles trouvent enfin la lumière.

Par Anna Coquelicot pour Bizarreries & Co

15 réflexions sur « Le lac »

  1. Il ressort de ce conte un côté fantastique et parfois très étrange. Au fur et à mesure qu’on avance dans la lecture, il ressort une ambiance lourde, parfois effrayante avec, en personnages principaux deux personnes qui semblent avoir du mal à se pardonner.
    On s’interroge : sont-elles vivantes ? Sont-ce leurs âmes qui errent sur le lac ? J’imagine très bien un peintre impressionniste tentant de rendre cette ambiance en parvenant faire ressortir à la fois le côté étrange et angoissant.

  2. oui tout comme Mo je trouve ton conte un tantinet effrayant …mais sa fin étoilée l’allège …
    y’a pas si longtemps que ça tu avais également écrit sur 2 âmes…
    Bise Anna

    1. Oui, une idée assez forte m’était apparue. Je l’ai écrite et publiée dans la foulée. Et puis, après, il m’a semblé que c’était plus un plan d’écriture qu’autre chose pour ce conte… effrayant. Bon, va peut-être falloir que je remonte sur le causse pour me remplir de lumière bleue! 😀

  3. Moi je ne trouve pas cela effrayant … Deux sœurs, ne jamais pardonner, la colère et puis cette petite lumière qui brille. Elles ont dû vivre des choses bien difficiles et ça me parle 😉
    Amitiés Anna.

Répondre à coquelicotetcompagnie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.