Le bureau des Coquelicots

03 14 15 92 65 35… Je me suis aperçue que le numéro de téléphone comptait trop de chiffres quand une voix a répondu :

« Bureau d’Anna Coquelicot, j’écoute… »

– Co… Comment? Mais c’est moi, Anna Coquelicot! Qui êtes-vous?

– Je vous laisse deviner, a rétorqué mon interlocutrice. Un indice : concentrez-vous sur le son de ma voix…

Tentative d’hypnose par téléphone? Non, tu as trop d’imagination… Peut-être une arnaque publicitaire, une mauvaise blague… Bref, plusieurs hypothèses, une seule réponse :

– Trouvez-vous un autre cobaye!

– Vous n’écoutez pas, a-t-on soupiré. Attendez, je vous transfère vers un poste plus approprié.

J’ai entendu un clic, puis une tonalité aiguë… un autre clic… Quelqu’un a dit :

– Allô? J’entends mal. La communication est mauvaise…

Décontenancée, j’ai balbutié :

– Excusez-moi, on vient de basculer l’appel et je…

– Hein, quoi?

– Mais qui êtes-vous à la fin?

– Vous dîtes? Dans les choux du nain?

– Non, bien sûr que non!

Une tonalité plus grave que la précédente a indiqué la fin de la communication. J’ai inspiré un grand coup. Ils n’allaient pas s’en tirer si facilement. À nouveau j’ai composé le 03 14 15 92 65 35.

« Bureau d’Anna Coquelicot, j’écoute… »

– Vous n’avez pas le droit de me traiter ainsi! Qui m’avez-vous passé?

– Le bureau de la Sourde Oreille, Madame. Et j’espère que vous retiendrez la leçon. Voilà ce que ça fait quand on n’écoute pas les gens! Bien, reprenons : Vous vous posez des questions? Bonne nouvelle! Nous pouvons en déduire que votre électroencéphalogramme n’est pas à plat! J’ajouterais que vos interrogations sont le reflet des miennes. Je vous souhaite donc… Crr… bon courage. Et surtout…crr… bzzz…musez-vous bien! nnnnn…

– Allô? J’entends mal. La communication est mauvaise…

– Je répète… crr… Amusez-vous bien! crrsh… bzzz…

La suite est devenue inaudible. Les grésillements m’irritaient le tympan. J’ai éloigné le combiné.

« Crr… bzzz… la quadrature…  bzzzzz… DU cercle… crrrr… crrsh… une BAse…  nnnn… soixante…  crr…  crr.. »

– Hein, quoi? ai-je demandé.

« CrrRSCHOU… bzzz… du… nnnIN…Crr… crr… »

– Vous dîtes? Dans les choux du nain?

« Non, bien sûr que non! »

J’ai aussitôt raccroché. Mon interlocutrice m’avait incitée à tendre l’oreille. Elle semblait parvenue à ses fins. Malgré les parasites, j’avais clairement entendu la réponse. Pire! J’avais reconnu le son de ma propre voix.

La sonnerie a retenti. L’écran affichait : APPEL INCONNU. J’ai laissé sonner un long moment avant de saisir le téléphone.

« Bureau d’Anna Coquelicot, nous avons été coupées… »

Pendant deux secondes, j’ai cessé de respirer. Même timbre, même intonation. Quelqu’un s’adressait à moi en utilisant MA voix, MON nom. J’ai crié :

– Mais enfin, je suis Anna Coquelicot!

– Nous sommes toutes les deux Anna Coquelicot, à une différence près : L’une répond au téléphone quand l’autre écrit… Devine laquelle.

– Dans la mesure ou je me trouve suspendue à cet appareil depuis un bon moment… Qu’êtes-vous en train d’écrire?

« … cet appareil depuis un bon moment… Qu’êtes-vous en train d’écrire? »

– Il y a un écho, ai-je prévenu.

« Il y a un écho… »

– Cela ne m’amuse pas! Je vais raccrocher…

L’autre a repris :

– Désolée, Je relisais mes notes. J’écris chaque mot qui sort de ta bouche avant même que tu le prononces.

– Je vois, vous souffrez d’un complexe de toute puissance. Pour ma part, mon psy me trouve en excellente santé mentale… Alors n’attendez pas que j’avale une histoire pareille!

– Une histoire! Tu l’as dit, bouffie! Il s’agit seulement d’une histoire, rédigée à la première personne du singulier.

– Je ne comprends toujours pas…

– Moi non plus, rien de rien… Souviens-toi : Tes interrogations sont le reflet des miennes.

– Pourquoi ce jeu du chat et de la souris?

– Les besoins du scénario. Je vais devoir interrompre le récit, sous peine de lasser. La boucle est bouclée, n’abusons pas du procédé! Une dernière remarque?

– Oui : les choux du nain, c’est très moyen!

Critique de détail! Trois, deux, un, zéro… sur mon clavier j’ai tapé le mot :

FIN

Par Anna Coquelicot pour Bizarreries & Co

Publicités

12 réflexions sur “Le bureau des Coquelicots

  1. juste histoire de dire quelque chose plutot que rien ou une banalité ( j’aime beaucoup par exemple ) :
    dans « tu l’as dit, bouffi » – bouffi ne s’accorde pas ? bouffie ?

    J’ai aimé dés le début puis , j’ai particulièrement apprécié la fin qui ne m’a pas semblée prématurée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s